Vidéo intégrale du webinaire.

Ces dernières années, certaines provinces canadiennes ont adopté des politiques publiques visant à accorder la préséance au remboursement de médicaments biosimilaires plutôt qu’aux médicaments biologiques d’origine. Cependant, le fait que les biosimilaires ne soient pas identiques aux versions d’origine soulève des interrogations au sujet de la substitution non médicale, à savoir si de tels médicaments peuvent remplacer sans risque des produits biologiques d’origine simplement pour des motifs économiques.


Quels sont les impacts de la substitution non médicale obligatoire d’un produit biologique de référence par un biosimilaire, tant d’un point de vue clinique qu’économique? Quelles sont les principales leçons à tirer de l’expérience européenne en la matière? L’arrivée grandissante des médicaments biologiques novateurs met-elle en péril la pérennité financière de nos régimes d’assurance? Voilà quelques-unes des questions hautement débattues sur lesquelles l’économiste Yanick Labrie s'est penché dans le cadre de ce webinaire, avec la collaboration de Jean Légaré, patient souffrant de polyarthrite rhumatoïde et fin observateur de notre système de santé.

À propos de Yanik Labrie


Yanick Labrie est économiste et consultant en politiques publiques. Il est également chercheur associé au Canadian Health Policy Institute de Toronto et Senior fellow de l’Institut Fraser de Vancouver. Spécialiste des questions de santé, il est fréquemment invité à participer à des conférences et à des débats, et à commenter l'actualité économique dans les médias. Il est l’auteur d’une série d’études portant sur les réformes internationales en matière de santé et sur les questions pharmaceutiques rédigées pour le compte de divers centres de recherche indépendants, dont le CIRANO. Il a témoigné devant plusieurs commissions parlementaires et groupes de travail et a déjà agi en tant que témoin expert.

 

Yanick Labrie est titulaire d’un baccalauréat en sciences économiques de l'Université Concordia et d’une maîtrise en sciences économiques de l'Université de Montréal. 

À propos de Jean Légaré


Jean Légaré a été diagnostiqué souffrant de polyarthrite rhumatoïde à l'âge de 38 ans. Il est très engagé auprès de plusieurs organismes en matière d'éducation, de défense des droits et de recherche dans le domaine de l’arthrite. Il est très actif comme bénévole dans plusieurs organisations, dont la Société de l’arthrite.  À titre de collaborateur et de patient-partenaire, il coopère toujours activement à de nombreux projets de recherche. Jean a été décoré de la médaille du jubilé d’or (mai 2003) et de la médaille du jubilé de diamant de Sa Majesté la Reine Elizabeth II, en février 2013.  En novembre 2008, Jean a reçu un doctorat honoris causa de l'Université Laval en reconnaissance de tous ses efforts pour faire avancer le programme de recherche sur l'arthrite. Jean Légaré a pris sa retraite de Bell Canada après une carrière de 31 ans, principalement passée dans l'ingénierie du réseau.


Yanik Labrie

Jean Légaré